Les rayonnements artificiels


Les ondes électromagnétiques artificielles sont produites par les technologies et appareillages développés par l'homme, et peuvent être classées en deux catégories : les basses fréquences et les hautes fréquences.

Ces rayonnements présents dans l'habitat peuvent avoir une origine extérieure ou intérieure. L'objectif de mon intervention est de pouvoir déterminer leurs provenances, leurs origines et leurs intensités afin de vous proposer des solutions pertinentes d'élimination ou de limitation, généralement d'ordre physiques et techniques, mais également quelques mesures de bon sens.


Les basses fréquences

 

Obligatoirement présents chez vous, ceux sont les champs électriques et magnétiques émis par votre installation électrique 24 heures sur 24 et les différents appareillages raccordés à votre réseau de distribution.

Certains matériaux présents dans l'habitat, comme le métal et le bois diffusent les champs électriques. L'eau est également un très bon conducteur, et, est-il besoin de vous rappeler que le corps humain est constitué en grande majorité d'eau !

Cette exposition entraîne des courants induits dans le corps qui influent sur les systèmes cardiovasculaire et endocrinien, et , affecte également la qualité du sommeil.

Systématiquement je vous proposerai une mesure de la tension induite dans votre corps lorsque vous êtes allongés sur votre lit pour déterminer le niveau de pollution électrique dans votre chambre, lieu où vous passez 1/3 de votre vie !

 

Quelques chiffres :

  • la norme appliquée en France pour les champs électriques est de 5.000 Volts/mètre
  • la norme en Suède depuis 1999 est de 10 Volts/mètre
  • le Conseil National Américain de Protection contre les Radiations préconise 10 Volts/mètre

Les hautes fréquences

 

Aujourd'hui les principales sources d'ondes électromagnétiques de hautes fréquences proviennent des technologies de communication, télédiffusion et radar. L'essor de la téléphonie mobile et de ces nouveaux développements (récepteur télé, vidéo, moyen de paiement...) entraînent l'installation de nombreuses antennes-relais aux puissances toujours supérieures 3G, 4G, 4G+, ..., qui multiplient la présence d'ondes dans notre environnement proche.
Pour "rester connecté" le consommateur adopte facilement des ordinateurs, tablettes ou gadgets qui utilisent des technologies générant des rayonnements importants de proximité : Wifi, Bluetooth, GSM, UMTS, Wimax, ...

Chez vous, par exemple, votre téléphone sans fil DECT émet continuellement des ondes aux alentours de 1900 MHz, même si vous n'êtes pas en train de téléphoner.

A savoir également : votre box internet émet souvent continuellement une fréquence Wifi même si vous pensez l'avoir désactiver, car l'opérateur y a souvent installé un Wifi partagé pour des connexions extérieures au foyer.

 

Quelques chiffres :

  • la norme en France pour les HF entre 1800 MHz et 2 GHz est de 58,2 Volts/mètre
  • en Pologne 6,14 V/m, en Russie 2,7 V/m, en Autriche 0,614 V/m
  • le rapport TAMINO de 1999 pour le Parlement Européen préconise 1 V/m

Le principe de précaution


Des normes qui ne nous protègent pas ! Essentiellement basées sur des effets thermiques pour le corps humain, les normes en vigueur actuellement en France ne tiennent pas compte des effets biologiques liés à une exposition à moyen et long terme à ces ondes.  

 

Dans une résolution de mai 2011 intitulée "Le danger potentiel des champs électromagnétiques et leur effet sur l'environnement", l'Assemblée Parlementaire Européenne énonce ceci : "... les extrêmement basses fréquences, les lignes électriques ou certaines ondes à haute fréquence utilisées dans le domaine des radars, de la télécommunication et de la téléphonie mobile, semblent avoir des effets biologiques non thermiques potentiels plus ou moins nocifs sur les plantes, les insectes et les animaux, ainsi que sur l’organisme humain, même en cas d’exposition à des niveaux inférieurs aux seuils officiels."... "Concernant les normes ou les seuils relatifs aux émissions des champs électromagnétiques de tout type et de toute fréquence, l’Assemblée préconise l’application du principe «ALARA» (as low as reasonably achievable), c’est-à-dire du niveau le plus bas qu’il soit raisonnablement possible d’atteindre, prenant en compte non seulement les effets dits thermiques, mais aussi les effets athermiques ou biologiques des émissions ou rayonnements de champs électromagnétiques. De plus, le principe de précaution devrait s’appliquer lorsque l’évaluation scientifique ne permet pas de déterminer le risque avec suffisamment de certitude. D’autant que, compte tenu de l’exposition croissante des populations – notamment des groupes les plus vulnérables comme les jeunes et les enfants –, le coût économique et humain de l’inaction pourrait être très élevé si les avertissements précoces étaient négligés."

 

En mai 2011 le Centre international de Recherche sur le Cancer de l'OMS a classé les champs électromagnétiques de radiofréquences comme "peut-être cancérogènes pour l'homme".

 

Si vous avez encore quelques doutes sur les dangers pour votre corps et votre santé de la surexposition croissante aux ondes, sachez que les compagnies d'assurance ont décidé, elles, d'appliquer ce principe de précaution et excluent dans les conditions générales de certains contrats "les dommages de toute nature causés par les champs et ondes électromagnétiques", et ce depuis plus de dix ans !

 

En ce qui me concerne les mesures que j'effectue sont faites selon des normes ou standards que vous trouverez ci-dessous.

Télécharger
Recommandations pour un habitat sain.pdf
Document Adobe Acrobat 37.5 KB

 

 

"Invisibles et inodores ne veut pas dire sans danger !"

 

 

Vivre avec son temps : il ne s'agit pas de renoncer à l'utilisation de certaines technologies mais de prendre conscience des risques potentiels de leurs rayonnements pour adopter une utilisation qui préservera votre bien-être.


Biologie de l'habitat - Géobiologie - Environnement électromagnétique - Radiesthésie - Soins énergétiques